Cannes feeder - analyse, montage et optimisation - dossier rodbuilding - article 2 : le montage


Nous voici à l'étape du montage de la canne "test". Je vais tout détailler et passer de la théorie à la pratique (la théorie est à lire ici, dans l'article 1). Les cannes de ce projet sont les excellentes Balzer Zammataro Masterpiece Nano 3.85m 80gr (light-medium). Excellentes cannes à brème à l'action rapide, mais douce, et aux grandes capacités de lancer. Vu que j'en ai 2, qu'elles sont neuves, elles sont donc la plateforme parfaite pour cet article. Je les utilise avec des moulinets mini big pits MS Range Prime 4500 NG, équivalents en taille à des Daiwa Castizm ou des Shimano Ultegra 5500.


De quoi part-on ?

D'origine, la canne a des scions de 65cm munis de 6 anneaux. Les 8 autres anneaux sont bipattes et répartis sur les 2 brins intermédiaires. Leur diamètre va de 25 à 6mm et leur profil est assez bas. Leur choix et leur disposition sont très conventionnels, mais assez efficaces face à la concurrence. Notons qu'ils sont anti-emmêlements et que leurs ligatures sont propres et bien réalisées.

Train d'anneaux très conventionnel, mais dans le haut de la moyenne

Néanmoins, les défauts classiques sont bien présents, avec un cône non respecté, des anneaux plutôt gros et lourds sur le porte-scion, ainsi qu'un premier anneau assez proche du moulinet. Les anneaux sont soi-disant en titane, mais leur poids (et le prix de la canne) me confirme que l'armature est en inox. 

Cône non respecté

On voit très bien l'angle formé par la ligne sur le premier anneau

La position du porte-moulinet n'est pas trop haute (pied du moulinet à 51.5cm), ce qui est un excellent point (entre autres pour moi qui ne suis pas un géant), et il provient de la gamme Fuji, gage de qualité et de fiabilité. Les poignées sont en EVA de qualité. Rien ne changera donc de ce côté !


Vers quoi va-t-on ?

Les changements sont considérables :

  1. Vérifier et corriger un éventuel défaut d'alignement du blank : un choix avait été fait lors du montage de cette canne d'inverser l'axe du blank, le sens le plus souple étant dirigé vers l'arrière (lancer) et non l'avant (travail du poisson). L'inversion était parfaite et permettait aussi à la canne d'être un rien plus droite, mais j'ai préféré la remettre dans le sens habituel. On peut donc dire qu'ici, c'était un choix et pas un défaut. Un bon point pour Balzer
  2. Tracer le cône et répartir les premiers anneaux : ceci permet vraiment de se décider plus vite et plus efficacement quant à la taille et à la position des premiers anneaux : dans ce cas-ci, KLAG 30, 16 et KTAG 8



  3. Reconstituer le train d'anneau pour se conformer au Concept KR de Fuji, le plus efficace à l'heure actuelle + Tester le tout sous pression pour détecter les défauts de placement et rendre le tout le plus efficace possible : 3 anneaux KBAG 6mm suivis en direction du scion par 3 anneaux KTAG 6mm

  4. Remonter tout

Voici 2 photos de comparaison entre le montage d'origine (en haut) et le nouveau montage (en bas) :

Montage d'origine en haut et nouvelle disposition en bas

Comparaison des bouts 2 par 2 (notez que, par rapport à cette photo, j'ai changé la nouvelle disposition sur le porte-scion, afin assurer une meilleure courbe, à voir sur les photos de la canne finie)

Comparaison du poids des anneaux d'origine et des Fuji K :

Les 8 anneaux bipattes de 6 à 25mm, dont 7.35gr pour le premier anneau (10.05gr sur le milieu de la canne)

Les 9 anneaux monopattes Fuji K Alconite en inox en 30, 16, 8 et 6mm, dont 7.30gr rien que pour le KL 30mm de départ (3.55gr sur le milieu de la canne)

Le poids des 2 bouts est un indicateur intéressant, car il va permettre de déduire le poids des ligatures et le gain supplémentaire obtenu grâce au passage aux anneaux monopattes :

  • Bouts montés d'origine : 91.10gr
  • Bouts nus : 69,45gr
  • Bouts remontés en Fuji : 82,80 gr

On peut donc en déduire que les ligatures et l'époxy sur le montage d'origine pesaient 4.25gr et que l'utilisation d'anneaux monopattes a permis de gagner encore 1,75gr.

Le gain total s'élève donc à 8,30gr, réparti sur les 2 bouts de la manière suivante : 


Dans l'opération, le point d'équilibre a été amélioré, passant de 59.5cm du cul de la canne à 57cm. Sachant que le moulinet pèse un peu plus de 520gr et que son pied se situe à 51.5cm, cette différence est clairement sensible. Le confort est donc en hausse !


Le coût de l'opération

Cette opération a en effet un prix. Les anneaux Fuji sont plus chers que la concurrence, mais leur qualité de fabrication et leur longévité justifient entièrement la différence de prix. Je prends le site de Rodhouse comme référence :

29.90€ (fdp non compris) pour les anneaux K Alconite


Ce prix ne comprend ni la ligature et ni l'époxy et encore moins le matériel nécessaire au montage et la main-d’œuvre. C'est un investissement des plus valable. Mon choix des Fuji K Alconite est logique : 

  • Aussi solides et inusables que le Fuji Sic (le vrai, pas le chinois à 2 balles qu'on a partout)
  • Permettant un plus grand diamètre interne de la céramique que le Sic
  • Moitié moins cher que du Sic
  • Les finitions CC (argent) et BC (gunsmoke) sont impeccables et protègent un cadre en inox lui-même parfaitement fini

Et le Torzite, me direz-vous ? C'est un choix tout compte fait assez simpliste, vu que c'est sans conteste la meilleure qualité du marché. On ne se mouille pas en en montant, mais la facture explose (le prix de certains anneaux est stratosphérique). Dans notre cas, la note chez Rodhouse s'élèverait à 98.30€ (fdp non compris) pour un gain de poids d'environ 4.50gr par rapport à de l'Alconite (4.30gr rien que sur les anneaux de 30 et de 16mm). Ahlala, il faut vraiment que j'ouvre une cagnotte Leetchi pour financer ces folies... euh, mes tests !

La canne feeder est un utilitaire, on l'a donc en plusieurs exemplaires, et l'Alconite est pour moi le meilleur choix (monté sur les Guru Aventus, les Daiwa Tournament SLR, etc), vu son rapport qualité/prix/gain fonctionnel remarquable.

Matériel utilisé :

  • Fuji BCKLAG : 1x30mm et 1x16mm
  • Fuji BCKTAG : 1x8mm et 3x6mm
  • Fuji BCKBAG : 3x6mm
  • Ligatures FUJI Metallic Red et Silver en taille D
  • Epoxy GEN4 Low Build
  • L'accroche-leurre est un petit anneau "mouche" en inox

Résultats finaux








Conclusion 2 et en route pour les tests

En fait, je ne ferai pas de conclusion 2, car, l'important, ce sera le résultat sur le terrain. Ma canne est remontée et bien durcie (et pas que le matin !), il est donc temps de la tester, opposée à sa sœur d'origine.

 

Sinon, "il y en a un peu plus, on vous le met quand même ?"

Un dernier exemple de remontage pour la route

J'ai eu il y a peu une demande de remontage de 2 cannes Browning Silverfish. Très beaux blanks, porte-moulinet exceptionnel, fort bel poignée en liège, mais anneaux en full inox ... usés, marqués par la ligne ! La demande était très claire : remplacer tout ça par de la qualité qui ne s'use pas ! Ce fut fait avec du Fuji K Alconite tenu sur le blank par de jolies ligatures lilas, avec liseré rouge, la pose d'un accroche-leurre inexistant d'origine et la restauration du liège. J'ai totalement oublié de prendre des photos avant, mais voici le résultat après en photos et en film : 




 Les photos





Aucun commentaire